Enter your keyword

La reconnaissance des métiers de conception des espaces, et de l’intérêt du recours à un architecte, même sous le « seuil »

La reconnaissance des métiers de conception des espaces, et de l’intérêt du recours à un architecte, même sous le « seuil »

La reconnaissance des métiers de conception des espaces, et de l’intérêt du recours à un architecte, même sous le « seuil »

La loi relative à la liberté de création, à l’architecture et au patrimoine, dite loi « CAP », a été votée le 7 juillet 2016.

« C’est à partir du constat de la médiocrité de l’aménagement de certains territoires en périphérie des villes et des bourgs, de la pauvreté des documents d’urbanisme conduisant au zonage et au mitage des terres agricoles, et de l’insuffisance du recours à l’architecte mettant en péril la qualité architecturale dans notre pays, que le député socialiste Patrick Bloche a rédigé un rapport sur la création architecturale.

A la suite de ce rapport et de la mise en place de la stratégie nationale pour l’architecture, la loi « CAP » est une avancée significative pour la qualité architecturale dans des territoires qui n’y avaient pas accès. Elle étend le champ d’intervention de l’architecte dans celui de la construction et de l’aménagement, souvent sans qualité, à des zones résidentielles d’activités et des centres commerciaux, qui constituent l’essentiel des périphéries urbaines et qui ont tant contribué à la désertification des centres bourgs ruraux.

La loi « CAP » veut inverser cette tendance. Elle abaisse le seuil de recours obligatoire à l’architecte à 150 m² de surface de plancher d’une maison individuelle. Le décret a été publié en décembre. Elle autorise les maires à réduire les délais d’instruction du permis de construire lorsqu’un architecte en dépose un sous le seuil obligatoire. »

SOURCE : La Gazette des communes / La Gazette.fr : LIEN VERS ARTICLE ENTIER

 

 

Architecture contemporaine Auray

crédit photographique @Kreaction

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com